Copyright (c) 2005 - Cercle Généalogie de Mions - Tous droits réservés.

retour page accueil du site

Mr Christian Perret, descendant de Trivier Perret, soutient, a collaboré aux travaux du C.G.M.

en adhérant de 2009 à 2011 à notre association ...

 

 

 

 

 cliquez sur les images pour agrandir

    

         

réalisation panneaux :Marie-Thérèse Morin

présentation lors de la 3ème biennale de généalogie mise en scène par le Cercle de Généalogie de Mions - novembre 2008

Dynastie Perret

maires de Mions de père en fils

Composée de propriétaires exploitants, la municipalité de Mions est dominée après 1830 par la famille Perret, sur 3 générations. Elle est l'un des principaux propriétaires fonciers de la commune avec plus de 50 ha de terrains.

Barthélémy Perret est maire de 1830 à la révolution de 1848. Il est remplacé par Joseph Fontrobert, premier maire élu au suffrage universel. Confronté à l'opposition d'une partie de la population, son successeur, Joseph Geoffray, démissionne en 1862, laissant la place à Trivier Perret. Ce rentier occupe une place importante dans la vie locale en totalisant 42 années de mandat. Nommé sous le Second Empire, il est destitué en septembre 1870 lors de la proclamation de la 3ème République. Réélu dès septembre 1871, il reste maire jusqu'à sa mort en 1903, hormis une brève interruption de 1878 à 1881. Sa popularité explique qu'il ait été réélu 10 fois par le conseil municipal.

Jean-François Perret, son fils, médecin, lui succède de 1903 à 1908, avant de laisser la place à Emile Merle, rentier.

 

 

 

la vie à Mions

 

Les grandes avancées techniques arrivent à Mions

1898 :  première moissonneuse

1901 : extension du réseau téléphonique et télégraphique

1904 : réseau d'eau potable à partir du captage de la source de Missy à Chaponnay

1906 : la classe unique de garçons comprend 56 élèves et celle des filles 48. La municipalité décide que les effectifs sont trop importants pour que "les 2 maîtres puissent convenablement assurer le service". Comme 41 enfants ont moins de 6 ans, la création d'une classe enfantine est envisagée.

1907 : le curé est expulsé du presbytère pour affecter le bâtiment au logement des institutrices.

1913 : la distribution d'énergie électrique est réalisée

savoir d'où l'on vient pour savoir où l'on va  - étudier le passé - préparer l'avenir - la mémoire, pas la nostalgie - "quiconque oublie son passé est condamné à le revivre" le grand Primo Levi - Epouser les aspirations de notre temps, biensûr mais entre excès de nostalgie et volonté de faire table rase du passé (destruction du patrimoine - règne des armadas de bétonneuses), il y a un espace où nous nous situons ...